La fin de la todo list ou la nouvelle organisation agile
Pour les multi potentiels et les faiseurs d'idées

De la todo à la Tout doux

C'est le truc qui pèse 30kg. Et chaque fois qu'on la ressort, elle pèse 10kg de plus. Et encore 10kg de plus pour la ranger.

Je parle de cette chose là : la todo list.

C'est lourd, c'est lourd. Au bout d'un moment, on veut la brûler, l'oublier dans une poche pour qu'elle passe à la machine.

Quitte à la refaire après. De tête.

On ne pourrait pas trouver autre chose ? De plus léger, sympathique. Quelque chose qui fasse plaisir, qu'on ouvrirait comme on ouvre une boîte surprise.

Pas un nom comme ça, 'to do", qui ressemble au doigt tendu de l'autorité, nous criant "il faut que tu ranges ta chambre !".

Un nom plus sympa, plus doux. Voilà, on pourrait l'appeler la "tout doux liste".

Prenons soin de nous

Avec un nom comme ça, on est plus tranquille. Fini cette impression que nos taches nous crient dessus. D'ailleurs, ce ne sont plus des taches, ce sont des possibles.

Parce que jamais rien n'est vraiment obligatoire si on y réfléchit. Enfin si, respirer, boire, manger. Mais à part ça ?

Pris dans les doigts serrés du quotidien, on oublie nos libertés. On oublie qu'on peut lâcher prise, qu'on peut prendre soin de soi. À commencer par écouter un peu ce que dit notre motivation du moment. Cela ne veut pas dire de la suivre, comme on suivrait des ordres. Cela veut dire de lui laisser sa chance. Et puis, de temps en temps, on lui dira non. Un non gentil, tout doux.

La motivation est un labyrinthe

Mais cela peut faire peur. Où nous emmène-t-elle cette motivation ?

Un coup tout droit, puis à gauche, à droite et encore tout droit. Le cheminement est obscur : c'est labyrinthique.

Le labyrinthe

Alors on fait quoi ? On force le passage ? Dès qu'une cloison se présente devant nous, on passe au travers ? Ou le contraire, on suit sans réfléchir le parcours insaisissable du labyrinthe ?

Peut-être un peu des deux.

Peut-être faut-il apprendre à mélanger les styles. À 14h, on suit tranquillement le labyrinthe, à 15h30 on grimpe par dessus la cloison.

Et on alterne. Un coup l'un, un coup l'autre. Un coup ça roule... un coup on force un peu. Mais on l'aura choisi. Nous ne subissons plus l'injonction terrible de notre to do list, nous prenons conscience de notre liberté ultime : celle de choisir en conscience ce que l'on fait ou pas.

Se repérer grâce au journal Tout doux

Et pour nous aider dans notre périple, il nous faudra une carte. Un outil qui nous aide à choisir, qui nous aide à connaître ce qui nous est accessible, que l'on prenne à gauche, à droite ou que l'on passe la cloison.

Cet outil, c'est le journal.

Oh non, pas le journal où vous lisez votre actualité tous les dimanches. Non, je parle d'un journal où vous notez tous les possibles. Jours après jours.

Journal sur un bloc note

Vous découvrez un site passionnant sur la pédagogie positive ? Vous trouvez une idée pour aménager votre bureau ? Hop, dans le journal au jour du 29.

Un livre, un film : dans le journal. Une personne à contacter, dans le journal aussi, mais là vous mettez en gras, c'est plus important.

Ainsi, vous constatez les taches qui vieillissent, que vous remettez à plus tard. Vous constatez, mais vous n'êtes obligé de rien. Vous pouvez choisir de laisser aller.

La tache part à la dérive, s'enfonce dans le passé.

Et plus concrètement...

Ensuite, chacun sa technique : cahier, bloc note ou logiciel. Moleskine, Google Keep ou bien OneNote.

Chacun sa manière.

Personnellement, je mets en gras ce que je surveille activement. En italique, je garde un oeil détaché.

Et je ne raye jamais. Je retire le gras ou l'italique au besoin. Parfois, je passe l'information dans un journal annuel. Il est même possible d'utiliser des hashtags.

Et vous ne remarquez pas ?

Le journal Tout doux, si je puis dire, met en exergue ce qui est récent et saillant... comme notre cerveau, avec nos souvenirs. Et oui notre cerveau oublie volontairement. Pour garder le cap sur l'essentiel, pour ne pas se surcharger.

Voilà, j'espère que le journal Tout doux vous aidera de la même manière. À y voir plus clair, à choisir en conscience ce qui fera partie ou non de votre vie.

Je me présente, je m'appelle Nicolas Brun et je veux changer le monde.

Je veux changer le monde, une personne à la fois. Je veux vous aider vous, au travers d'une boîte à outils, pour créer, inventer, contribuer différemment, mais aussi pour vous changer vous-même, tant est que le changement commence par soi.

Pour commencer à changer, démarrez-ici !

Ce contenu est en licence libre BY NC (en bref, vous pouvez utiliser, modifier pour une utilisation non commerciale, en citant Holographik), y compris pour les images que j'ai créées. Certaines images cependant ne sont pas de ma création, notamment des photos, et sont tombées dans le domaine public.