Innovation jugaad : innovez avec les moyens du bord

Temps de lecture 6mn / Versions alternatives : podcast, infographie, vidéo, diaporama

Du bricolage à l’innovation

L’esprit de débrouillardise à la base de belles innovations

Imaginez, vos lunettes sont cassées !

Pas le temps d’en acheter d’autres ou de les faire réparer. Vous prenez donc du scotch pour faire tenir la maudite branche.

Et hop, vous venez de faire du jugaad. Vous avez réparé vos lunettes avec les moyens du bord.

Jugaad est un terme Hindi qui peut se traduire par système D1 ou par improvisation créative2

Réparer des lunettes avec du scotch, ce n’est pas très innovant vous me direz.

Pourtant, c’est avec cet état d’esprit débrouillard que sont nées de grandes innovations. Et bien souvent par des personnes qui n’avaient aucun moyen.

Beaucoup d’entre eux ne sont pas allés à l’école, ils n’utilisent pas de gros labos R&D pour leurs inventions. La rue est le laboratoire
Navi Radjou3

Des exemples ?

L’invention d’un réfrigérateur qui fonctionne sans électricité4 ou d’un accès internet… sans internet5. Mystérieux pas vrai ? Ne vous en faites pas, je détaille plus loin.

Le monde a besoin d’innovation jugaad

Les pays en développement ont tracés la voie. Ils sont désormais une source d’inspiration pour le reste du monde. Nous avons besoin d’innovation jugaad. Que fera-t-on quand le pétrole aura disparu ou que l’eau potable sera devenue trop chère ? Et qui s’occupe des victimes de la crise, des maladies ou de la misère des pays en développement ?

Il est temps d’innover différemment. Dans cet article, je vais vous montrer toutes les étapes pour faire de l’innovation jugaad. Et ne vous en faites pas, nul besoin d’être un génie, tout le monde peut innover à son échelle… pour un monde chaque jour un peu meilleur.

La place est libre, c’est le moment de s’y mettre

Le système D n’a jamais été très attractif pour les pays développés, d’où leurs retards dans le domaine. C’est le moment de le rattraper.

Les branches de vos lunettes se sont cassés 3 fois. On voit très bien désormais la triple épaisseur de scotch.

Oui, le système D, c’est aussi le mauvais bricolage. Un bricolage inefficace, coûteux, qui ne dure pas. Un bricolage parfois dangereux même. Comme ce poteau bricolé pour faire tenir l’édifice.

Bricolage jugaad : un poteau posé sur des briques
Source de la photo6

Disons le, personne ne veut se prendre un toit sur la tête.

Alors on fait quoi ? On travaille dans les règles de l’art, “comme il faut”, proprement. Pas avec du scotch, des briques et des bouts de ficelle.

On travaille donc de “la bonne façon”, en suivant les bonnes pratiques. Le terrain est balisé, et ainsi tout se passe pour le mieux. Sauf que…

Cette optique “propre et comme il faut” fonctionne bien pour un métier où l’on cherche l’efficacité. Un architecte saura très bien prédire la stabilité d’un poteau posé sur des briques. Mais qu’en est-il de l’innovation ? Qu’en est-il quand on ne connait pas le sujet, justement parce que c’est nouveau ?

L’innovation se passe des bonnes pratiques, parce qu’elles n’existent plus en ce domaine. Pire, l’innovation est freinée. Les “c’est ainsi qu’on a toujours fait” s’opposent à l’innovation.

C’est probablement pour ça que les pays développés ont du retard en innovation jugaad. Ils innovent dans le confort et l’abondance, avec des cahiers de règles et de bonnes pratiques.

C’est pour ça que l’innovation jugaad est une opportunité. La voie est libre et presque déserte. Alors, c’est le moment de s’y mettre ! Voyons comment faire.

Trouvez la bonne piste

Trouvez la ressource manquante pour trouver le problème à résoudre

L’idée ne va pas tomber du ciel, emballé dans un beau paquet cadeau. Il faut la traquer, en repérer les signes avant-coureurs. Mais quels sont-ils ?

Parmi les signes marquants, on peut trouver le manque de ressources, de leviers, de moyens. Par exemple, le manque d’eau, de couverture internet, d’infrastructure. Bref, tout ce qui peut faire défaut à des personnes, des groupes ou des populations.

Pour vous aider, vous pouvez fouiller dans 3 grandes familles :

  • humains
  • collectifs
  • physiques

Trouvez les ressources manquantes

Les moyens humains sont composés de connaissances et de compétences. Soit ce sont les personnes prises individuellement qui ne l’ont pas — par exemple des personnes qui ne savent pas lire — soit il manque d’experts sur un sujet donné — par exemple il manque des docteurs dans les villages chinois.

C’est pour cette raison d’ailleurs que Neusoft a créé un service de télémédecine, pour aider les docteur à soigner à distance7.

Passons aux moyens collectifs. Les moyens collectifs touchent aux liens, aux échanges ou aux réseaux organisés. Et parfois ils font défaut. Comme dans ces zones ultra pauvres, où les compétences sont là, mais personne ne se les échange.

Une innovation consiste par exemple à injecter une monnaie complémentaire dans la zone concernée. On observe une amélioration des échanges et donc une baisse de la pauvreté8.

Dans la même veine, l’entreprise Burtzorg sollicite l’entourage des personnes malades, pour les autonomiser9.

Les moyens physiques, quant à eux, peuvent être de l’argent, mais aussi tout matériel manquant. On peut penser à des machines pour les hôpitaux, du réseau électrique, des routes, de l’eau ou simplement du matériel individuel, comme des ordinateurs.

Voilà, c’est le moment de chercher parmi ces leviers. Vous avez trouvé une ressource manquante ?

Vous avez alors le choix. Vous pouvez essayer de rendre cette ressource accessible. Par exemple, l’eau ou l’accès internet. C’est alors votre piste.

Vous pouvez également travailler sur une alternative à cette ressource. Par exemple, si vous n’avez pas d’électricité, le but ne sera pas forcément de la rétablir, mais plutôt de faire sans. Par exemple, avec un réfrigérateur qui fonctionne sans électricité.

Pour trouver cette alternative, posez-vous cette question : quelle est la conséquence de ce manque ?

Par exemple, quelle est la conséquence du manque d’électricité ? Entre autre, on ne peut pas conserver ses produits alimentaires. C’est donc votre piste.

Trouvez votre approche

Il y a 3 types d’approches, ne foncez pas dans la première venue

Vous avez votre piste ? Ok, mais à quel niveau voulez-vous agir ?

Le plus évident, c’est de proposer une solution toute faite. Comme avec le réfrigérateur sans électricité.

Mais avez-vous pensé à donner les moyens pour que d’autres créent leur solution ?

Dans l’esprit jugaad, l’imprimante 3D a permis à un vétérinaire de créer des prothèses personnalisées pour des animaux. L’imprimante 3D est un outil d’autonomisation.

Les Fab lab, ces ateliers de fabrication numériques, mettent à disposition des imprimantes 3D justement. Une autre initiative d’autonomisation.

Mais peut-être voulez-vous rendre un produit accessible, en rendant la fabrication moins coûteuse ? C’est ainsi que Jaipur Foot a créé une prothèse beaucoup plus accessible et qui permet d’être utilisée sur des chemins de terre10.

Solution, autonomie, accessibilité

Je me résume. Il y a 3 approches :

  • mettre à disposition une nouvelle solution
  • autonomiser pour que d’autres créent leur solution
  • plus simplement rendre accessible, notamment par le processus de fabrication

Comprenez bien le fonctionnement

Voici un bon outil pour bien comprendre comment le problème fonctionne. L’inspiration suivra.

Désormais, il va falloir résoudre une partie du problème.

La première option, c’est de comprendre comment ça fonctionne. Par exemple, une population est en pénurie d’eau, comment fonctionne la pluie, les réserves d’eau, etc ?

Vous pouvez utiliser la technique des 5 pourquoi. L’idée est d’utiliser successivement 5 pourquoi. Vous savez, comme les enfants.

— Papa, pourquoi il pleut ?
— À cause des nuages
— Et pourquoi il y a des nuages ?
— Parce que l’humidité de l’air se transforme en nuage
— Oui, mais pourquoi ?

Technique des 5 pourquoi

Je ne vais pas le faire 5 fois… Mais… Vous ne remarquez pas quelque chose ? Il y a de l’eau dans l’air !

Si il ne pleut pas, on peut… utiliser l’humidité de l’air. Ah oui ? Mais alors quel mécanismes transforment l’humidité de l’air en eau ?

Les cyclistes ont la solution peut-être. Il est très désagréable de découvrir sa selle mouillée alors qu’il n’a pas plu. Et oui, cette foutue rosée. Un mécanisme tout simple de condensation.

On peut rager pour sa selle. On peut également utiliser ce principe pour produire de l’eau.

Au pérou, sur ce principe, ils ont créé des pièges à nuages.

Ce sont des grands filets installés sur une colline à Lima. L’eau se condense sur les mailles. Au pied des filets coulent en permanence des petites gouttes d’eau. […] Ces filets produisent plus de 200 litres par jour […] grâce à ces pièges à nuages, on peut faire pousser ici des betteraves rouges et des pommes de terre.
Virginie Garin pour RTL

Cherchez l’exception

Il arrive parfois que le monde nous surprenne. Et quand ça arrive, c’est le signe qu’il y a quelque chose à apprendre.

Plutôt que d’utiliser la logique pure, on peut également chercher les exceptions. J’entends par exception toute situation où la ressource ne se comporte pas comme prévue. Je m’explique.

Admettons que vous vouliez générer du froid pour conserver des produits alimentaires.

Constatation banale : on trouve du froid en hiver. Mais peut-on trouver du froid en dehors de l’hiver ? Peut-on trouver une exception à ce cas basique ? Formulé autrement, existe-t-il des situations de rafraîchissement indépendants de la chaleur extérieure ?

Cherchez l'exception !

On pourrait répondre, en transpirant. Quand on transpire, cela nous rafraîchit, mais pourquoi ? Très bien, je cherche sur internet les mots clés : pourquoi transpiration rafraîchit

Je tombe sur une page qui me parle du rafraîchissement par évaporation.

C’est donc l’évaporation de l’eau qui crée du frais. Dans ce cas, on peut inventer un réfrigérateur sans électricité.

Un indien a utilisé cette idée pour créer un réfrigérateur en argile :

Ce réfrigérateur traditionnel utilise le principe de l’évaporation pour maintenir une température de 15 à 20 degrés inférieure à la température extérieure. […] Pour le faire fonctionner, il suffit de remplir un petit compartiment situé au-dessus du « frigo » [qui] stocke de l’eau fraîche.
Mr Mondialisation

Appuyez-vous sur une ressource abondante

Autant s’appuyer sur ce qu’on a sous la main, c’est plus accessible

Vous avez trouvé un début de solution ? Il faut maintenant s’appuyer sur ce qui est abondant. Enfin, c’est ce que recommande Navi Radjou dans la vidéo TED, ci-dessus.

A quoi bon persister avec ce qui fait défaut ? Autant utiliser ce qui est présent, et en abondance si possible. Vous pouvez chercher dans les moyens cités précédemment. Pour rappel : moyens humains, collectifs ou matériels.

A Lima, au Pérou c’est l’humidité de l’air qui est abondante. En Tanzanie, ce sont les vélos. Alors en l’absence d’électricité, pour recharger son téléphone portable, on pédale11 !

Encore un exemple, le mécanisme pour internet est la transmission d’information. Il faut bien un canal pour que l’information circule. En général, c’est la wifi ou la connexion internet qui permet cela. Mais en leur absence, comment fait-on ? Quel canal d’information est abondant ?

Les SMS peut-être ? On pourrait utiliser les SMS pour la transmission, quand il n’y a pas d’accès internet classique. C’est ce qu’a réalisé Be-Bound, la start-up qui veut réduire la fracture numérique mobile.

Voilà, vous avez désormais tout pour trouver et affiner votre innovation jugaad.

Plus loin

J’aime à penser que les oiseaux ont trouvé leur propre innovation jugaad. Ils volent avec peu d’énergie, sans pétrole et de manière extrêmement agile.

Comme ces oiseaux, maintenant c’est à vous de voler de vos propres ailes. Vous pouvez aller plus loin avec un ouvrage plus conséquent, le livre dont Navi Radjou est co-auteur : L’innovation jugaad.

Sinon, vous pouvez continuer à chercher ou affiner votre innovation.

Et n’oubliez pas, ne pensez pas comme un avion grande ligne, sûr et confortable, pensez comme un petit oiseau et voyagez loin !

1 : Lay Designers: Grassroots Innovation for Appropriate Change par Angus Donald Campbell
2 : Dictionnaire Anglais Hindi
3 : Une résolution de problèmes créative face à des limites extrêmes traduit par Cécile Mazurier
4 : Un indien crée le réfrigérateur autonome en argile
5 : Be-Bound la start-up qui vous connecte à Internet par SMS
6 : Photo par Chetan Prasad techno sleuth
7 : soins de santé Neusoft par l’intermédiaire de Navi Radjou
8 : In Mombasa, Africa’s first ‘alternative currency’ helps Kenyans fight poverty
9 : Buurtzorg aux Pays-Bas
10 : Breakthrough designs for ultra-low-cost products
11 : Bicycle phone charger

Nouveau sur Holographik ? commencez par lire ça

Bim, bam, boum ! Avec la créativité, on peut s'en prendre plein la poire.

On s’expose par exemple :

  • à la désapprobation des uns et des autres
  • à la perte de confiance quand on n'y arrive pas
  • à l'inspiration qui tombe en panne sans prévenir

Et des problèmes comme ça, je peux vous en parler des heures. J'ai cherché des solutions pendant des années, et aujourd'hui je les partage. Par exemple...

Quelques sujets de posts :

D'autres posts : comment stimuler votre inspiration en tirant une carte / innover sans moyens matériels / améliorer votre créativité artistique / créer collectivement avec des cases et des post-its.

Les sujets hebdomadaires pour mes contacts (mails courts et inspirants) :

  • Nos évidences nous empêchent d'être créatif
  • Les cartes de la pensée
  • Les erreurs de pensées qui nous enferment

Accédez immédiatement à tous les conseils que j'ai envoyé par mail, directement en ligne, en rejoignant mes contacts ci-dessous. C'est une page secrète (donc trouvable par les petits génies ;))

Ce contenu est en licence libre BY NC (en bref, vous pouvez utiliser, modifier pour une utilisation non commerciale, en citant Holographik)